SDIS13 - Sapeurs Pompiers des Bouches du Rhône

Vous êtes dans : Accueil / Toute l'actualité / Articles / Technique / Le VRR est opérationnel

Le VRR est opérationnel

22 Juin 2015 Velaux
4 Copie

Le Véhicule de Reconnaissance Robotisée (VRR), servant à transporter les drones, et à terme, les robots, est opérationnel. Il a notamment été présenté lors de la formation des officiers de reconnaissance robotisée qui s’est déroulée au centre de formation à Velaux les 15 et 16 juin derniers.

Ce VRR est unique en France. En effet, notre SDIS est le 1er à avoir acquis 2 drones en 2014 pour des opérations diverses et multirisques.

Conçu sur la base d’un véhicule GRIMP, le VRR a bénéficié durant plusieurs semaines de toute l’expertise et du talent des agents du GTL, notamment de la chaudronnerie, pour une réhabilitation totale.

 

1 Copie

 

2 Copie

 

Rénovation de la carrosserie, aménagement de la cellule extérieure adaptée aux besoins des télépilotes (connectique, etc.), le GTL a travaillé de concert avec le capitaine Rodriguez, référent départemental drones, et les 2 formateurs télépilotes (MM Nicolaï et Gardes).

 

3 Copie

 

4 Copie

 

Ce VRR sera basé aux Pennes Mirabeau et permettra le transport des drones et des télépilotes.

Ces derniers sont actuellement au nombre de 5 (à terme, ils seront 8). Ils seront dorénavant supervisés et encadrés par des officiers de reconnaissance robotisée.

5 officiers ont été désignés : le lieutenant Isnard, les capitaines Rodriguez (référent drones), Mozziconacci (référent robots) et Damon, et le commandant Corre.

 

5 Copie

 

Ils ont suivi une formation de 2 jours au centre de formation situé à Velaux, les 15 et 16 juin derniers. Au programme : matinées théoriques et après-midi pratiques.

 

7 Copie

 

8 Copie

 

9 Copie

 

Les officiers ont notamment abordé le cadre d’emploi des drones, qui est très strict.

Tout d’abord, une astreinte télépilote sera mise en place dès cet été, entre 8h et 20h (horaires raccourcis en hiver), selon les conditions météo.

Les drones peuvent être engagés sur n’importe quelle opération à la demande du COS ou proposition de l‘officier de garde CODIS.

Concernant l’engagement des drones, il est soumis à de nombreuses restrictions : météo bien sûr, mais aussi et surtout des protocoles avec l’ensemble des gestionnaires de l’espace aérien.

En effet, cet espace est extrêmement réglementé. Des règles de sécurité draconiennes vis-à-vis des autres aéronefs sont en vigueur.
br> Puisque le risque prépondérant est la chute, avec les conséquences que l’on peut imaginer, le survol de personnes est strictement interdit.

Un guide référentiel exhaustif a été rédigé par le capitaine Rodriguez et remis aux officiers de reconnaissance robotisée.

Le dispositif mis en place par le SDIS13 intéresse fortement la DGSCGC, qui envisage de mener une étude afin d’établir une doctrine nationale.

Dans le domaine de la reconnaissance terrestre, les stagiaires ont pu également apprécier les performances du robot.

 

10 Copie

 

La réglementation et les contraintes liées à son emploi sont beaucoup moins contraignantes que les drones.

Facile à mettre en œuvre, il est un moyen précurseur de reconnaissance que l’on peut engager dès les premiers instants de l’intervention.

Sa modularité et sa capacité d’emport en détection en font un élément de renseignement et de surveillance en appui des équipes d’interventions, améliorant aussi la sécurité de nos personnels.

Basé au CS Port-de-Bouc, il débute sa phase d’évaluation opérationnelle.

3336.63