SDIS13 - Sapeurs Pompiers des Bouches du Rhône

Vous êtes dans : Accueil / Toute l'actualité / Articles / Formation / FIA : l’école du dépassement de soi

FIA : l’école du dépassement de soi

2 Octobre 2008 Luynes
FIA25_ 011008_INTER_4

Le CS (centre de secours) de Luynes abrite en son sein depuis maintenant 3 ans une Ecole de Formation Initiale d’Application (FIA). Des sapeurs-pompiers professionnels récemment recrutés y apprennent les bases de leur métier. Et bien plus encore.

3 mois et demi. Les formateurs ont exactement 3 mois et demi pour former les jeunes recrues sapeurs-pompiers professionnels. Affectés provisoirement à l’EDSP (école départementale) à Luynes, ces 18 stagiaires viennent d’horizons divers, même si la majorité est issue des SPV (sapeurs-pompiers volontaires). L’âge moyen est de 25 ans, avec une amplitude allant de 20 à 32 ans. Dès leur arrivée, ils prennent connaissance du règlement intérieur, empreint de respect et de valeurs chères aux sapeurs. La formation peut alors commencer.

 

FIA25_ 011008_INTER_3

 

« On leur donne tout, à eux de prendre »

Encadrés par 3 formateurs permanents (l’adjudant-chef Marc Suffredini, le sergent-chef Sébastien Sanna et le sergent Frédéric Palazzolo), un formateur chargé du sport et 2 caporaux-chefs détachés ponctuellement, ainsi que la présence du caporal-chef Jimenez qui gère toute la partie logistique, les 18 stagiaires vont apprendre les bases du métier à travers des cours théoriques et pratiques.
Placés sous l’autorité du lieutenant-colonel Alain Fonters et du capitaine Eddy Maisonneuve, ces formateurs mettent tout en œuvre pour apporter une formation de qualité : « notre mission est de les former de manière à ce qu’ils tiennent l’emploi d’équipier en secours à personne, en protection des biens et de l’environnement et en lutte contre l’incendie, dans leur centre d’affectation. Ils doivent être prêts à faire face à n’importe quelle situation » , argumente l’adjudant-chef Suffredini.
Ce sont 25 FIA réalisées depuis l’an 2000 ce qui démontre le fort recrutement réalisé par le SDIS 13 depuis la départementalisation. Depuis 3 ans ces formations se déroulent sur le site de Luynes où l’EDSP dispose de locaux dédiés au sein du centre de secours (2 salles de cours, 2 bureaux, vestiaires, remise avec 2 FPT, 1 tour de manœuvre ajourée et 1 site de manœuvre extérieur sur la commune d’Aix-en-Provence).

 

FIA25_ 011008_INTER_1

 

Le planning est chargé. La journée commence à 7h45 en tenue de feu puis se poursuit par 2 heures de sport ; viennent ensuite les cours théoriques et les mises en situation. La formation est aussi continue, puisque les 2 caporaux chefs détachés ponctuellement sont eux-mêmes évalués en vue de la préparation à leur formation au grade supérieur.
Les 4 premières semaines, la formation est très théorique, près de 60% du temps est dédié à des cours. Les semaines suivantes, la tendance s’inverse avec des mises en situation en Technique Opérationnelles, Risque Technologiques et Naturels et Incendie.
« On leur donne tout, à eux d’en retirer l’enseignement maximum » , précise l’adjudant-chef Suffredini. Et d’ajouter : « on ne leur fait pas faire du sport, mais de l’activité physique et sportive. Le but est de renforcer leurs capacités musculaires et pulmonaires par des exercices de tractions, de pompes, d’endurance, de natation, bref tout ce qui leur sera utile dans la pratique de leur profession » .
Des intervenants ponctuels dispensent des cours sur le risque chimique, radiologique ou encore biologique. La FIA, c’est un échange constant, une interaction entre les différents services du SDIS. La formation est gérée par l’Ecole mais le Corps Départemental s’investit totalement au travers de tous les moyens mis à disposition, qu’ils soient humains et/ou matériels.

Un dépassement de soi constant

Il suffit de les observer quelques minutes pour se rendre compte des efforts demandés. Les stagiaires enchaînent les exercices physiques les uns après les autres sans rechigner lors d’une séance de sport adapté. Les formateurs les poussent dans leurs derniers retranchements, avec bien entendu un œil toujours bienveillant. Car leur but est aussi de créer une cohésion, un mental inoxydable individuel et d’équipe. « On les pousse à bout pour leur prouver qu’ils sont capables de se transcender, de se dépasser » , commente l’adjudant-chef en couvant ses stagiaires de l’œil. « Ca sera leur quotidien, aller puiser au fond d’eux-mêmes les ressources nécessaires pour mener à bien leurs missions. C’est notre métier » .
Les formateurs ne sont pas en reste et participent à tous les exercices : « on leur montre l’exemple. On est dans l’effort physique avec eux. Nous sommes tous passés par là, alors on sait ce que c’est. Et pour le mental, c’est indispensable d’être à leurs côtés dans l’effort » .
Bien sûr, au moindre « pépin » physique, le service médical de l’Ecole Départementale gère le dossier et prend des décisions qui garantissent la santé des stagiaires.
Fatigués, les stagiaires le sont. Et encore, c’est un euphémisme. Mais cet effet de groupe, cette volonté d’arriver au terme de la formation et ce moral façonné, forgé au quotidien par des formateurs compétents leur permettent de tenir jusqu’au bout.

 

FIA25_ 011008_INTER_2

 

« Une récompense sans prix »

Les stagiaires, outre ces cours pratiques et théoriques, sont continuellement sous pression et surveillance, ce, dès le 2ème jour d’incorporation. Tous les 15 jours, les formateurs font le bilan individuel du « savoir-être » de chacun. Une note attribuée en fonction du comportement du stagiaire qui joue un rôle capital dans l’attribution de la note finale et l’obtention de la certification.
Des contrôles de connaissances aux tests physiques, chaque stagiaire est évalué en vue de l’attribution du diplôme d’« Equipier de Sapeur Pompier Professionnel ».
Et au-delà de ces contrôles, ils peuvent être amenés à intervenir sur des interventions de grande envergure ou participer à des manifestations comme par exemple l’armement du PMA pour la course Marseille-Cassis.
Chacune des FIA trouve un « nom » et rédige un texte pour le baptême de promotion réalisé par le DDSIS à l’occasion de la Ste Barbe ou de la Journée Nationale des Sapeurs Pompiers.
Au terme de ces 3 mois et demi d’efforts, une fiche de synthèse regroupant toutes les notes ainsi que les appréciations est alors étudiée avec soin par le jury, composé bien entendu des formateurs permanents mais également d’un représentant du DDSIS, du chef de GPT RH, du chef de GPT EDSP, du chef de service FIA, ainsi qu’un responsable de service formation de Groupement Territorial et un chef de centre SPP qui n’a pas de stagiaire issu de son CS. Chaque stagiaire est alors informé individuellement de ses résultats. « On est à fond avec eux, on les encourage, on les pousse, on les soutient pour qu’ils y arrivent » , glisse l’adjudant-chef Suffredini. « Leur réussite, c’est une réelle satisfaction pour nous, une récompense sans prix » .

 

FIA25_ 011008_INTER_4

3408.43