SDIS13 - Sapeurs Pompiers des Bouches du Rhône

Vous êtes dans : Accueil / Toute l'actualité / Articles / Formation / Chef d’agrès VSAV : une formation pratique et théorique complète

Chef d’agrès VSAV : une formation pratique et théorique complète

9 Avril 2009 Velaux
Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_4

L’EDSP (école départementale), basée à Velaux, organise régulièrement des formations SAP 2 Chef d’Agrès VSAV. Polyvalentes, ces formations demandent rigueur et application.

Mises en situation, cas concrets, plan rouge, responsabilités juridiques, régulation médicale et hospitalisation… Autant de points essentiels à la fonction de chef d’agrès VSAV qui sont abordés lors de cette formation. L’EDSP dispense cours, séminaires et manœuvres afin de former les futurs responsables de VSAV au cours d’un stage concentré sur quelques demi-journées.

Le chef d’agrès, outre ses connaissances irréprochables en matière de secourisme, doit être capable de manager ses équipiers, d’évaluer rapidement les situations auxquelles il est confronté et prendre les mesures qui s’imposent.

Au cours de ce stage (il y en a 16 par an), les futurs chefs d’agrès sont d’abord formés, mais surtout constamment évalués au cours de mises en situation.

Pour ce faire, 25 instructeurs triés sur le volet se relaient tout au long de l’année. Garants de la doctrine départementale, préparés en amont pour valider les aspects pédagogiques de la formation, ces instructeurs qualifiés ont fait leurs preuves sur le terrain. 3 médecins sont aussi présents durant le stage, ainsi qu’un opérateur CODIS et un intervenant gendarmerie.

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_3

 

L’intervention de ce dernier est relativement récente et très pertinente. En effet, le maréchal des logis chef Christophe Auguglioro, technicien d’identification criminelle (TIC) dispense un cours sur les scènes de crime.

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_4

 

Equivalent français des « Experts », il est affecté à la brigade judiciaire d’Aubagne et a la lourde tâche d’effectuer les constatations techniques et scientifiques sur les scènes de crime.

Datation des cadavres, recherche de traces, d’indices par le biais de procédés scientifiques de pointe, cas concrets d’enquêtes au cours desquelles les scènes de crimes ont été « polluées » par des intervenants extérieurs, tout est passé au peigne fin durant son cours théorique, suivi lui aussi d’un cas concret.

Le TIC a détaillé quelques points primordiaux, principalement ceux qui permettent de préserver les indices sur la scène de crime : comment effectuer une reconnaissance sans polluer la scène de crime, comment écarter une arme en limitant au maximum le dépôt d’empreintes sur cette dernière, comment gérer la « bulle stérile », quand changer les gants, pour ne citer qu’eux.

En ce qui concerne la reconnaissance, notamment, le Tic préconise « de l’effectuer toujours à deux. Devant un domicile, ne restez jamais face à la porte, mais un peu décalé. Dans un couloir, longez les murs, de profil. Restez le plus discret possible. Et surtout, ne prenez qu’un chemin pour l’aller et le retour, et pas le plus direct : c’est probablement celui qu’aura emprunté l’agresseur éventuel » .

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_1

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_2

 

Cette confrontation avec le judiciaire est primordiale, comme l’explique le lieutenant-colonel Alain Fonters, chef de groupement EDSP : « depuis la mise en place de nouvelles directives ORSEC en décembre, les responsabilités juridiques des chefs d’agrès sont accrues. Nous avons devancé le problème en proposant depuis plusieurs mois cette rencontre avec un TIC. Nous ne devons pas être égoïstes lors de nos missions et ne pas polluer les scènes de crime. Nos deux services travaillent avec respect et complémentarité. Nos sapeurs-pompiers doivent respecter la victime, la sphère de l’intimité, du privé. Nous devons ouvrir nos œillères et travailler en bonne intelligence avec nos collègues des autres administrations ».

Il enchaîne : « au cours de ce stage, nous mettons tous les outils dans les mains des stagiaires. Cas concrets, cours théoriques, relations inter-services et inter-administrations. Chef d’agrès, c’est un poste à haute responsabilité. Il faut une efficacité opérationnelle maximum, une bonne connaissance des cadres juridiques, tout cela pour un objectif majeur : l’optimisation du secours à personne ».

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_7

 

Complète, cette formation nécessite de la part des stagiaires une parfaite connaissance des gestes de secourisme. Les formateurs conseillent d’ailleurs de bien se préparer avant de se présenter.

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_5

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_6

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_8

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_9

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_10

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_12

 

En cas d’échec, le stagiaire doit se préparer à nouveau aux côtés d’un moniteur de secourisme. Après cette remise à niveau, le moniteur prévient un instructeur référent qui décidera ou non de la réinscription du stagiaire.

 

Copie de Formation_Chef_Dagres_EDSP_01_04_09_11

 

Conclusion de ce stage, la manœuvre ACEL (Accident Catastrophique à Effets Limités) met les stagiaires en situation réelle. Ils sont alors évalués sur différents critères qui leur permettront, s’ils réussissent leurs interventions, de devenir chefs d’agrés VSAV.

4149.71