SDIS13 - Sapeurs Pompiers des Bouches du Rhône

Vous êtes dans : Accueil / Toute l'actualité / Articles / Communication / Le 126ème congrès national des sapeurs-pompiers de France à Vannes

Le 126ème congrès national des sapeurs-pompiers de France à Vannes

27 Septembre 2019 Vannes
11 Copie

Du 18 au 21 septembre 2019 s’est tenu le congrès national des sapeurs-pompiers de France à Vannes, dans le Morbihan (56). Carrefours, conférences, ateliers et animations ont rythmé les 4 jours de ce rendez-vous incontournable qui a eu lieu cette année au Parc des expositions Le Chorus. Une 126ème édition placée sous le signe des échanges autour des enjeux de sécurité civile et qui avait toute son importance pour le comité d’organisation du COM2020 qui accueillera le prochain congrès national à Marseille du 14 au 17 octobre 2020.

Après une inauguration officielle en présence des élus, le congrès s’ouvrait jeudi matin sur une conférence abordant plusieurs sujets : les réflexions menées sur le volontariat, la féminisation, la diversité et la vocation des sapeurs-pompiers. Une large partie de la conférence était consacrée à la féminisation des effectifs avec une intervention du SDIS31 et du SDIS 79 qui ont engagé de véritables démarches et un plan d’actions afin de promouvoir l’égalité femmes/hommes et travailler sur l’attractivité pour assurer l’engagement des femmes dans le but de « moderniser et construire le SDIS de demain ». Une conférence était dédiée le lendemain au volontariat. A cette occasion, Pierre Brajeux, vice-président du Medef a affirmé que « si on ne se bat pas, c’est la mort de notre système de sécurité civile ». A ses côtés étaient présents Catherine Troendlé, sénatrice du Haut-Rhin et Patrick Kanner, sénateur du Nord. « Le volontariat doit être une préoccupation pour les sapeurs-pompiers mais également pour les autorités. Cette convergence est nécessaire pour ne pas perdre l’ADN de l’engagement », a souligné la sénatrice. Patrick Kanner a interpellé sur les agressions des sapeurs-pompiers qui portent secours. « Les sapeurs-pompiers sont le thermomètre des malaises de la société et des fractures sociales. Notre devoir est de protéger nos protecteurs ». « Il faut une volonté politique forte pour que les choses changent. Nous mettons tout en œuvre pour que les mesures du plan d’action pour le volontariat soient déclinées et cela prend du temps », conclura Catherine Troendlé.

Comme lors du congrès 2018 à Bourg-en-Bresse, Atraksis est intervenu cette année sur un enjeu stratégique : « la marque employeur pour attirer de nouveaux profils variés ». Cette association souhaite développer des synergies innovantes en rassemblant des acteurs de tous horizons, pour co-construire les secours de demain. « Un vrai travail doit être fait sur l’image de la corporation et de la profession aussi bien en interne qu’en externe », au même titre que la gendarmerie, la police nationale ou encore l’armée de terre. 57% des candidats arrêtent leur démarche au cours du recrutement. « Il faut se remettre en question sur le plan de notre attractivité », considère le colonel Grégory Allione, président de la FNSPF et directeur des Pompiers13.

Une autre conférence a suscité l’intérêt du public : le secours d’urgence aux personnes (SUAP). Après un retour sur les « Assises nationales, santé, secours et territoire 2019 », Véronique Soubelet, conseillère auprès du président de la FNSPF, a évoqué « un modèle de santé au bord de la rupture et une crise du système de santé ». Déserts médicaux, vieillissement de la population, maintien à domicile, dilution du lien social… tout cela pèse sur la chaîne des secours d’urgence et peut générer une perte de sens de la notion d’urgence ! « L’objectif : proposer des réponses communes, faire prévaloir l’intérêt général et adapter la réponse des offres de soins aux besoins réels et aux bassins de vie ».

Aux côtés des conférences et des ateliers, les visiteurs pouvaient découvrir des démonstrations et des animations, notamment au niveau du village consacré cette année à la prévention des accidents de tous types et à la formation des gestes qui sauvent. Sans oublier l’exposition de véhicules anciens au village et des véhicules dernière génération au parc des expositions.

Ce 126ème congrès national des sapeurs-pompiers avait une saveur particulière pour les Pompiers13 et l’Union Pompiers13. Réunie dans le comité d’organisation du COM2020, l’équipe était sur place sur son stand afin de susciter l’intérêt des exposants et les inciter à s’inscrire pour le congrès national qui aura lieu au Parc Chanot à Marseille du 14 au 17 octobre 2020. Un vrai défi pour l’équipe organisatrice qui s’est mobilisée afin de promouvoir cet événement avec l’organisation de temps forts, la vente de goodies, et la possibilité de réserver son stand et l’hôtellerie pour l’année prochaine. Parmi les temps forts, l’affiche du prochain congrès, qui se déroulera dans la cité phocéenne, a été dévoilée… une affiche placée sous le signe de l’innovation.

Samedi matin, l’assemblée générale a clôturé la semaine et cette 126ème édition. Après avoir introduit son discours sur une note humoristique, « monsieur le Maire de Vannes, merci pour cet accueil et pour avoir défié les prévisions d’Evelyne Dhéliat », le colonel Grégory Allione, président de la FNSPF a salué la réussite du congrès 2019 : « C’était un très beau congrès organisé dans un territoire chaleureux et accueillant et qui a réuni plus de 1000 bénévoles ; une mobilisation de la générosité grâce également aux partenaires. C’est un vrai challenge de ne pas avoir la pluie l’année prochaine à Marseille ».

Lors de son discours, le président de la FNSPF a interpellé Christophe Castaner : « Monsieur le Ministre, nos discours sont très attendus… Nous savons tous les deux que c’est un moment important et déterminant pour notre sécurité civile. Il est attendu car nous avons derrière nous la force et l’engagement de 250 000 sapeurs-pompiers ». Il a rappelé que le modèle est menacé, « un système de secours d’urgence à bout de souffle » et qu’il est nécessaire de réformer rapidement avec des mesures fortes. Parmi les chantiers décisifs : les agressions et les secours d’urgence aux personnes. « Il faut alléger la pression opérationnelle, il faut alléger cette sur-sollicitation, cette explosion de la demande de secours parce que quand les urgences implosent, les sapeurs-pompiers explosent. Il faut redonner aux sapeurs-pompiers la maîtrise de leur intervention ».

 

1 Copie

 

2 Copie

 

3 Copie

 

4 Copie

 

5 Copie

 

6 Copie

 

7 Copie

 

8 Copie

 

9 Copie

 

10 Copie

 

11 Copie
3978.68